Loading...

Articles de Fabien

Chers membres de Polyamour Romandie,


L'hébergement du site Web (CHF 135.20) arrive à son échéance (21 août).


En 2019, les frais avaient été avancés par une personne. Cette échéance et le refinancement de cet hébergement pose question.


Faut-il maintenir polyamour-romandie.ch ?


L'année 2019 a compté plus de 60 événements, et 2020 a commencé au même rythme, pour le plus grand plaisir de tous. Dès la mi-mars, les événements ont cependant dû être interrompus à cause du Covid-19.  À ce jour, les réunions dans les lieux publics sont de nouveau possibles, mais les salles utilisées pour les groupes de parole sont toujours limitées en capacité. Malgré la réouverture des lieux publics, il n'y a presque plus de nouveaux événements, à l'exception de Genève, où les événements sont toujours organisés par les mêmes personnes, grâce à leur ténacité.


À Lausanne, là où il y a eu la plus grande concentration d'événements jusqu'ici, les organisateur.trice.s ont attendu et espéré que des participant.e.s se manifestent pour en organiser. Cela d'autant plus que beaucoup de personnes ont dit attendre le retour des événements. Nous ressentons une certaine lassitude de cette situation et nous interrogeons sur le bien-fondé de refinancer la poursuite du site.


Bien entendu, nous aurions à cœur de garder Polyamour Romandie active si ses membres en manifestent l’intérêt et le soutien, pour le financement de l'hébergement et pour l’organisation d’événements.


Ce message est donc posté ici de manière à permettre à chacun.e de :


- de proposer un financement (don, sponsoring ou autre)

- d'exprimer un intérêt à organiser un événement

- donner son avis, ses idées


Les réponses peuvent être postées ci-dessous, en commentaire de l’article.


Afin de faciliter l'expression du souhait de participer à ce modeste financement, un sondage a été créé à cet effet. Le sondage facilitera le décompte des personnes qui souhaitent participer à ce financement qui serait manifestement inférieur à CHF 20.- par année (CHF 250.- à diviser par le nombre de participant.e.s au financement). Merci donc à toutes et à tous d’accorder le temps d’un petit clic.


Mise à jour du 1er août 2020 :


Au vu du fait qu'à ce jour, 19 personnes ont déjà indiqué souhaiter participer au financement du site polyamour-romandie.ch, il vous est proposé d'effectuer un don dans ce sens.


Afin de permettre à tou.te.s de participer en fonction de leurs moyens, la contribution est souhaitée entre CHF 10.- et 20.- par personne.


A priori ce montant devrait suffire pour le financement. En cas de dépassement, le montant sera réservé pour anticiper le renouvellement de l'hébergement, l'année suivante.


Les éventuels excédants pourraient être utilisés pour améliorer les fonctionnalités du site ou d'autres applications bénéfiques pour les membres du site.


Le détail des entrées/sorties et leurs justificatifs vont prochainement être rendus disponibles à l'ensemble des membres.


Vous avez la possibilité de faire un virement par Paypal en utilisant le lien suivant (autres options de paiement au bas de la page) :

 

https://www.paypal.me/polyamourromandie

 

Dans le champ "Ajouter un message", indiquez la référence "Don de " suivi de votre pseudo, comme sur l’exemple ci-après.

 

Laissez la case "Vous payez des biens ou des services" vide pour éviter des frais !






























Pour les personnes qui ne peuvent pas effectuer un virement par PayPal, le mieux serait de passer par une de vos connaissances qui peut le faire pour vous.

Si vraiment cela ne vous est pas possible, veuillez contacter Fabien en message privé pour une autre solution.


Le comité d'organisation

Découvrez la capsule de l'association Polyamour Romandie réunissant les personnes qui se questionnent sur le polyamour avec la collaboration de Bénévolat-Vaud.

#polyamour
#CalendrierVirtuel #Entraide
#JeResteELaMaisonMaisJOuvreLesFenetres

Le comité de décision s'est réuni le mercredi 4 mars, en particulier pour traiter des différents critiques reçues ces dernières semaines dans le forum. Dans notre article du 24 février dernier, nous avions invité à prendre part à cette séance toute personne intéressée. En lien avec ces critiques, une personne nous a communiqué quelques points par message. Personne ne s'est manifesté pour prendre part à cette séance.

Les différents points abordés sont rapportés ci-dessous dans des articles distincts, dans le but qu'il soit possible pour chacun.e de réagir en commentaire, sujet par sujet.

Compte-rendu de la séance de comité du 4 mars 2020

Les différents avis rapportés ont été abordés et il apparaît qu’interdire la présence d’enfants à des événements constitue une atteinte à la liberté des personnes qui souhaiteraient venir accompagnées d’enfants.

A l’inverse, la présence d’enfants implique d’adapter son langage et ses propos. Cela constitue donc une atteinte à la liberté des personnes qui souhaitent s’exprimer entre adultes.

Ces deux postures se confrontent et nous ramènent au traditionnel précepte de la liberté des uns qui s'arrête là où commence celle des autres.

Autoriser ou interdire la présence d’enfants lors des événements polys impliquerait donc une atteinte à la liberté d’une part ou d’une autre des participant.e.s.

En convenir au cas par cas avec l’organisateur.trice apparaît donc comme la moins mauvaise solution. Et le fait de contacter l’organisateur.trice semble, somme toute, assez peu contraignant.

Le comité a donc décidé de maintenir le dernier paragraphe du point 5.1 de la charte :

Les mineur.e.s de moins de 16 ans ne sont pas admis aux réunions de Polyamour Romandie sauf exception convenue entre les parents et l’organisateur.trice de l’événement ainsi que lors d’événements spécifiquement organisés dans ce sens.

Véronique Kohn, psychologue, psychothérapeute, conférencière et formatrice, spécialiste de la relation amoureuse et polyamoureuse, était notre invitée pour ce groupe de parole sur le thème du "mono-poly", ce terme familier qui désigne, de manière familière, une relation entre une personne qui s’identifie comme polyamoureuse et une personne qui s’identifie comme monoamoureuse (monogame).


VK a commencé par introduire ce sujet du "mono-poly" en parlant de ce terme qui évoque avant tout un jeu, en relevant que pour les nombreuses personnes qui la consultent à ce sujet, il n'apparaît jamais comme quelque chose de drôle...


VK a expliqué que, des cas de "mono-poly" qu'elle a rencontrés, la personne "mono" est très souvent une personne "poly-acceptante", c'est-à-dire une personne qui accepte plus la situation qu’une volonté personnelle de la vivre et de rechercher un épanouissement dans ce modèle. D'après l'expérience de VK, les cas de "mono-poly", où la personne "mono" s'y sent confortable, sont plutôt exceptionnels. Ces personnes "poly-acceptantes" le deviennent souvent par peur de perdre la relation qui était préalablement monogame.


Dans de telles situations, il arrive que des personnes réfléchissent voire décident de revenir dans un modèle monogame, de manière à rassurer la personne "mono". Toujours d'après VK, c'est une mauvaise idée, car la personne "poly" va se retrouver dans une posture qui n'est pas la sienne. Elle risque d’aller à l’encontre de sa volonté, de s’exposer à une situation où elle ne sera plus en accord avec ses valeurs et de ne plus se sentir authentique.


Cela ne veut pas dire que la personne "poly" ne peut pas ponctuellement faire de tels efforts pour l'autre, mais elle risque fortement de finir par se fatiguer de rassurer la personne "mono" si celle-ci n’atteint pas un état de réelle acceptation.

VK considère que les difficultés des personnes "poly-acceptantes" sont généralement dues à des blessures personnelles antérieures. A titre d’exemple, VK fait un parallèle entre les blessures de trahison et d’abandon.


Pour la personne "mono" qui souffrirait d’une blessure de trahison, une relation avec un.e partenaire "poly" va la pousser dans ses retranchements et réveiller cette blessure. Ainsi, le.la partenaire "poly" pourra notamment la rassurer en faisant preuve d’une grande transparence sur ses autres relations.


En revanche, pour la personne "mono" qui souffrirait d’une blessure d’abandon, le fait que le.la poly partage beaucoup de détails sur ses autres relations pourrait augmenter le sentiment d’insécurité pour une personne souffrant d’une blessure d’abandon.


Pour les mêmes raisons, selon VK, les personnes n’ayant pas ou peu de blessures antérieures (ou qui les auraient déjà appréhendées) pourraient potentiellement mieux vivre la situation de "poly-acceptant.e".


Concernant les possibilités de surmonter les situations critiques de "mono-poly", il n’y a pas de solution miracle. VK explique que lorsqu’une situation est enflammée, il est important de s’adapter à la personne insécurisée. Il faut ensuite attendre que la crise soit passée, que les personnes sortent de leur état émotionnel et, seulement à ce moment, d’en parler pour comprendre les ressentis.

Par ailleurs, lors de cette réunion, VK a relevé d’autres points comme l’impact d’une situation d’ENR (énergie de la nouvelle relation) qui intensifie le sentiment d’insécurité de la personne "poly-acceptante" ou encore le cas des personnes polyamoureuses qui ne souhaitent plus vivre de relation avec des personnes "poly-acceptantes". Ces réactions se produisent suite à des expériences "mono-poly" trop difficiles.


En conclusion, il apparaît que les relations "mono-polys" sont majoritairement difficiles car les personnes "poly-acceptantes" sont généralement des personnes "monos" qui subissent une situation imposée ou demandée par un.e partenaire "poly" et tentent d’y accéder par peur de perdre la relation et très rarement par un choix délibéré.


Ce groupe de parole était le premier sous forme payante afin de participer à défrayer notre intervenante. La contribution était souhaitée entre CHF 15.- et 30.- par personne. Nous étions 12 participant.e.s, la somme totale s’est montée à CHF 280.-. La totalité, après déduction des frais de devise Paypal (CHF 2.48), a été versée à Véronique Kohn à titre de défraiement.

Suite aux recommandations du conseil fédéral incitant à limiter toutes rencontres à celles strictement nécessaires, le comité soutient les mesures collectives et encourage les efforts communs afin de réduire les risques de transmission du coronavirus. Le comité remercie les organisateur.trice.s qui ont déjà annulé/reporté leurs événements et soutient celles et ceux qui en feront autant.

Suite à la question d’une personne demandant à venir à un café-poly accompagnée de ses enfants, le point a été débattu. D’un côté, il apparaît que les événements polys et leurs discussions ne sont pas adaptés aux enfants. A l’inverse, la stricte interdiction n’est pas très inclusive alors que certains cas sont clairement tolérables. Il a donc été convenu que les enfants de moins de 16 ans ne sont pas admis lors des événements de Polyamour Romandie, sauf exception convenue entre le.s parent.s et l’organisateur.trice de l’événement ainsi que lors d’événements spécifiquement organisés dans ce sens. La charte va être modifiée dans ce sens.

Depuis quelques mois, nous avons plusieurs personnes qui se sont manifestées pour organiser des événements, mais rien ne s’est passé. Il a été décidé de préparer un message type pour relancer ces personnes et maintenir ou annuler le statut d’organisateur.trice.

La question d’avoir une personne en charge de republier les événements sur le groupe Facebook et sur Polyamour.info a été évoquée. Il a été décidé que ces diffusions sont de la responsabilité de chaque organisateur.trice d’événement.

La newsletter semblant être peu lue et sa rédaction rébarbative, il a été décidé de la supprimer. Les communications se feront exclusivement sur le site.

Pages : 1 2 »