Loading...

Articles

Fabien Comité

Véronique Kohn, psychologue, psychothérapeute, conférencière et formatrice, spécialiste de la relation amoureuse et polyamoureuse, était notre invitée pour ce groupe de parole sur le thème du "mono-poly", ce terme familier qui désigne, de manière familière, une relation entre une personne qui s’identifie comme polyamoureuse et une personne qui s’identifie comme monoamoureuse (monogame).


VK a commencé par introduire ce sujet du "mono-poly" en parlant de ce terme qui évoque avant tout un jeu, en relevant que pour les nombreuses personnes qui la consultent à ce sujet, il n'apparaît jamais comme quelque chose de drôle...


VK a expliqué que, des cas de "mono-poly" qu'elle a rencontrés, la personne "mono" est très souvent une personne "poly-acceptante", c'est-à-dire une personne qui accepte plus la situation qu’une volonté personnelle de la vivre et de rechercher un épanouissement dans ce modèle. D'après l'expérience de VK, les cas de "mono-poly", où la personne "mono" s'y sent confortable, sont plutôt exceptionnels. Ces personnes "poly-acceptantes" le deviennent souvent par peur de perdre la relation qui était préalablement monogame.


Dans de telles situations, il arrive que des personnes réfléchissent voire décident de revenir dans un modèle monogame, de manière à rassurer la personne "mono". Toujours d'après VK, c'est une mauvaise idée, car la personne "poly" va se retrouver dans une posture qui n'est pas la sienne. Elle risque d’aller à l’encontre de sa volonté, de s’exposer à une situation où elle ne sera plus en accord avec ses valeurs et de ne plus se sentir authentique.


Cela ne veut pas dire que la personne "poly" ne peut pas ponctuellement faire de tels efforts pour l'autre, mais elle risque fortement de finir par se fatiguer de rassurer la personne "mono" si celle-ci n’atteint pas un état de réelle acceptation.

VK considère que les difficultés des personnes "poly-acceptantes" sont généralement dues à des blessures personnelles antérieures. A titre d’exemple, VK fait un parallèle entre les blessures de trahison et d’abandon.


Pour la personne "mono" qui souffrirait d’une blessure de trahison, une relation avec un.e partenaire "poly" va la pousser dans ses retranchements et réveiller cette blessure. Ainsi, le.la partenaire "poly" pourra notamment la rassurer en faisant preuve d’une grande transparence sur ses autres relations.


En revanche, pour la personne "mono" qui souffrirait d’une blessure d’abandon, le fait que le.la poly partage beaucoup de détails sur ses autres relations pourrait augmenter le sentiment d’insécurité pour une personne souffrant d’une blessure d’abandon.


Pour les mêmes raisons, selon VK, les personnes n’ayant pas ou peu de blessures antérieures (ou qui les auraient déjà appréhendées) pourraient potentiellement mieux vivre la situation de "poly-acceptant.e".


Concernant les possibilités de surmonter les situations critiques de "mono-poly", il n’y a pas de solution miracle. VK explique que lorsqu’une situation est enflammée, il est important de s’adapter à la personne insécurisée. Il faut ensuite attendre que la crise soit passée, que les personnes sortent de leur état émotionnel et, seulement à ce moment, d’en parler pour comprendre les ressentis.

Par ailleurs, lors de cette réunion, VK a relevé d’autres points comme l’impact d’une situation d’ENR (énergie de la nouvelle relation) qui intensifie le sentiment d’insécurité de la personne "poly-acceptante" ou encore le cas des personnes polyamoureuses qui ne souhaitent plus vivre de relation avec des personnes "poly-acceptantes". Ces réactions se produisent suite à des expériences "mono-poly" trop difficiles.


En conclusion, il apparaît que les relations "mono-polys" sont majoritairement difficiles car les personnes "poly-acceptantes" sont généralement des personnes "monos" qui subissent une situation imposée ou demandée par un.e partenaire "poly" et tentent d’y accéder par peur de perdre la relation et très rarement par un choix délibéré.


Ce groupe de parole était le premier sous forme payante afin de participer à défrayer notre intervenante. La contribution était souhaitée entre CHF 15.- et 30.- par personne. Nous étions 12 participant.e.s, la somme totale s’est montée à CHF 280.-. La totalité, après déduction des frais de devise Paypal (CHF 2.48), a été versée à Véronique Kohn à titre de défraiement.

Fabien Comité

Suite aux recommandations du conseil fédéral incitant à limiter toutes rencontres à celles strictement nécessaires, le comité soutient les mesures collectives et encourage les efforts communs afin de réduire les risques de transmission du coronavirus. Le comité remercie les organisateur.trice.s qui ont déjà annulé/reporté leurs événements et soutient celles et ceux qui en feront autant.

Fabien Mars 15 '20 · Commentaires : 1 · Tags : compte-rendu séance comité
Nifnaf Events
La prochaine réunion du comité aura lieu le 4 mars en fin de journée, à Lausanne.

Suite aux remarques de ces dernières semaines sur le forum, nous invitons toute personne intéressée à y prendre part, à se joindre à nous de 18h15 à 19h30.

Si vous prévoyez de venir, merci de manifester votre intérêt soit en commentant ci-dessous, soit par e-mail à contact@polyamour-romandie.ch ou encore par message direct à l'un.e ou l'autre membre du comité. Cela nous permettra de choisir un lieu de taille adaptée, puis de vous le communiquer.

Nous recevons également volontiers tout commentaire ou remarque de votre part, par les mêmes moyens que mentionnés ci-dessus. Du détail le plus petit aux problématiques les plus grandes, toute remarque est la bienvenue. Cependant, afin de favoriser les échanges constructifs, je vous remercie d'accompagner chaque critique d'une suggestion concrète de comment vous pensez que l'on peut faire mieux!

Nifnaf Février 24 '20 · Commentaires : 2 · Tags : comité
Lina Events

COMPTE RENDU GROUPE DE PAROLE du 25/10/2019 : SAFER SEX



Nous avons organisé une groupe de parole sur le thème du Safer Sex dans le cadre de relations multiples avec l’intervention d’une infirmière du Checkpoint Vaud. Voici la synthèse de cette entrevue :



Au cours des dernières années, les messages concernant le safer sex sont devenus plus complexes. Il ne s’agit plus seulement de se protéger contre le VIH, mais aussi contre d’autres infections sexuellement transmissibles (IST) dont nous allons présenter les 5 principales (BIG 5), leur mode de transmission, leurs traitements et les recommandations de pratique et de dépistage pour limiter les risques d'infection et de transmission.



  • VIH

IST la plus connue depuis son apparition dans les années 80, elle est la seule dont on ne guérit pas. Ses modes de transmission majeurs se font par voie sexuelle (pénétration vaginale et anale), par voie sanguine (contact sanguin) et/ ou par voie fœtale. Le sexe oral comporte un risque de transmission inférieur à 0,01% car le virus se détruit au contact de l'air. Le port du préservatif est indispensable pour s'en protéger lors de tout type de pénétration. Toutefois, grâce aux progrès médicaux, il existe d'autres possibilités de s'en protéger, en cas de rapport à risque non protégé.

La PREP (prophylaxie pré-exposition), il s’agit d’un médicament avec lequel une personne séronégative exposée à un risque de VIH peut s'en protéger. Une PREP est soumise à ordonnance et ne devrait être prise que sous contrôle médical. Elle ne protège que du VIH et pas des autres infections sexuellement transmissibles. Son coût, très élevé (environ 900 CHF / 30 comprimés), n'est pas pris en charge par l'assurance de base.

La prophylaxie post-exposition (PEP) permet de prévenir une infection à VIH dans les premières heures après une exposition potentielle. Une PEP devrait être initiée le plus tôt possible (dans un service d'urgences ou dans un centre de dépistage IST) après un rapport à risque. Plus tôt elle est commencée, plus la PEP sera efficace pour prévenir une infection par le VIH. Malheureusement, la PEP n’est plus suffisamment efficace au-delà de 48h. Son coût également élevé (1500 CHF), est pris en charge par l'assurance de base.

Malheureusement, il n'existe pas encore de vaccin contre le VIH.

Dépistage : par un bilan sanguin (prise de sang) ou test rapide (disponible en pharmacie aussi).


  • Hépatites

Les hépatites sont des maladies infectieuses du foie.

Hépatite A - L’infection se transmet par un contact oral avec des matières fécales. L’eau, les aliments et les objets d’usage courant peuvent être contaminés en raison d’un manque d’hygiène, et ainsi transmettre le virus de l’hépatite A. La transmission est possible également lors de contacts intimes avec la zone anale. Enfin, la transmission par le sang est extrêmement rare. Il existe un vaccin.

Hépatite B – Son mode de transmission est similaire à celle du VIH mais son virus est plus virulent que le celui du VIH, donc il y a un risque de transmission orale plus important.

Le port du préservatif protège de l'infection, pour diminuer le risque de façon importante, en particulier lors de transmission orale. Comme il existe aussi un vaccin, celui-ci est également très recommandé.

Hépatite C – Elle se transmet par le contact avec le sang d’une personne infectée. Des médicaments antiviraux permettent de traiter l’hépatite C.

Des vaccins existent pour les hépatites A et B. Un vaccin combiné pour les deux s’effectue en trois fois (prix : 3 x CHF 75.-).

Pour l'hépatite B, il est important de faire un dosage des anticorps pour vérifier son efficacité, car même en étant vacciné, le taux d'immunité peut baisser et on peut ne plus être protégé.

Il n’existe pas de vaccin pour l’hépatite C, par contre celle-ci est guérissable.

Dépistage : par un bilan sanguin pour les 3.


  • Syphilis

C’est une infection bactérienne qui peut se transmettre lors d’un rapport sexuel vaginal, oral ou anal avec une personne infectée se trouvant dans une phase contagieuse. Il n’existe donc pas de protection par vaccination mais se guérit par une prise d'antibiotique lorsqu'elle est dépistée rapidement.

Les symptômes de la syphilis passent souvent inaperçus, car ils sont généralement indolores. Ils disparaissent au bout de quatre à six semaines, même sans traitement mais la maladie et sa contagiosité persistent, de plus, elle se transmet très facilement, d’où l’importance de son dépistage. C’est une IST qui avait presque disparu par le passé et qui est en recrudescence actuellement.

Dépistage : par un bilan sanguin.


  • Gonorrhée / Chlamydia

Ces deux IST sont regroupées ici car elles ont des similitudes dans leur mode de transmission et pour les traiter. Ce sont des infections bactériennes donc sans vaccin existant.

Elles peuvent être transmises lors d’un rapport sexuel oral, vaginal ou anal. Les bactéries se trouvent sur les muqueuses (pharynx, vagin, urètre, anus).

60 à 70% des gens porteurs de ces infections n'ont pas de symptômes, ce qui fait d'eux des porteurs sains mais contagieux. Lorsqu'elles ne sont pas dépistées et traitées rapidement, elles peuvent provoquer des complications sérieuses de l'appareil génital.

Dépistages : Par frottis des muqueuses concernées par des pratiques sexuelles pour un résultat fiable. Le dépistage urinaire ne prend pas en compte les contaminations sur le pharynx et l'anus. Le dépistage urinaire étant le plus courant chez un professionnel de santé, il est recommandé de préciser lors de la consultation, les zones concernées par un risque d'infection.

Traitement : Ces 2 infections se traitent par une prise d'antibiotique.


  • HPV Papillomavirus*

*Suite aux inquiétudes de plusieurs participants au sujet du HPV, un petit complément d'information a été donné.

Cette IST qui se décline sous une cinquantaine de variantes, dont 8 à haut risque cancérigène. Cette IST peut entraîner le cancer de l’utérus, de l’anus et du pénis. Le HPV est transmis lors de rapports sexuels vaginaux, oraux ou anaux. Mais il peut l’être aussi par les mains, les sex-toys ou d’autres objets portés au contact des organes génitaux de plusieurs personnes.

Ces IST de formes virales peuvent être vaccinées pour ces 8 souches à haut risque. Il est recommandé d’effectuer ces vaccins (3 doses) avant les premiers rapports sexuels et jusqu'à 27 ans (remboursés par l'assurance de base), mais rien n’empêche de les effectuer par la suite. Aux Etats Unis, la vaccination se fait jusqu'à 45 ans.

Dépistage : par frottis des muqueuses.


    Les recommandations de bonnes pratiques :

  • Port du préservatif, féminin ou masculin, pour tout rapport anal ou vaginal.

  • Un dépistage des «BIG 5» est recommandé une fois par année pour une personne ayant des rapports sexuels jusqu’à 10 partenaires différents par année. Au-delà, il est recommandé de faire deux dépistages par an.

  • Lors de l’apparition d’un symptôme entre les dépistages réguliers, il faut consulter sans délai.

  • Lorsqu’une infection bactérienne est avérée, il faut prévenir ses partenaires et s’abstenir de tout rapport durant les 7 premiers jours de traitement.



Ce compte-rendu ne se veut pas exhaustif. Cependant toute question est bienvenue. Les questions seront regroupées et transmises à un.e professionnel.le de santé sexuelle.

Lina Février 2 '20 · Noter : 5 · Tags : compte-rendu groupe de parole
Fabien Comité

Suite à la question d’une personne demandant à venir à un café-poly accompagnée de ses enfants, le point a été débattu. D’un côté, il apparaît que les événements polys et leurs discussions ne sont pas adaptés aux enfants. A l’inverse, la stricte interdiction n’est pas très inclusive alors que certains cas sont clairement tolérables. Il a donc été convenu que les enfants de moins de 16 ans ne sont pas admis lors des événements de Polyamour Romandie, sauf exception convenue entre le.s parent.s et l’organisateur.trice de l’événement ainsi que lors d’événements spécifiquement organisés dans ce sens. La charte va être modifiée dans ce sens.

Fabien Janvier 27 '20 · Tags : compte-rendu séance comité
Fabien Comité

Depuis quelques mois, nous avons plusieurs personnes qui se sont manifestées pour organiser des événements, mais rien ne s’est passé. Il a été décidé de préparer un message type pour relancer ces personnes et maintenir ou annuler le statut d’organisateur.trice.

Fabien Janvier 27 '20 · Tags : compte-rendu séance comité
Fabien Comité

La question d’avoir une personne en charge de republier les événements sur le groupe Facebook et sur Polyamour.info a été évoquée. Il a été décidé que ces diffusions sont de la responsabilité de chaque organisateur.trice d’événement.

Fabien Janvier 27 '20 · Tags : compte-rendu séance comité
Fabien Comité

La newsletter semblant être peu lue et sa rédaction rébarbative, il a été décidé de la supprimer. Les communications se feront exclusivement sur le site.

Fabien Janvier 27 '20 · Tags : compte-rendu séance comité
Fabien Comité

Il a été discuté de l'accueil lors des événements, l’approche suivante a été proposée :

1. Demander à la personne qui arrive si elle vient pour la première fois

2. Lui demander si elle sait comment ça se passe

3. L’informer qu’elle peut venir exprimer son ressenti si quelque chose ne va pas.

4. Faire un rappel des principales règles (charte)

Fabien Janvier 27 '20 · Commentaires : 2 · Tags : compte-rendu séance comité
Fabien Comité

Il a été relevé qu’il n’est pas possible d’agir de manière anticipée (prise de contact avec les nouveaux.elles venu.e.s) car il y a régulièrement des personnes qui viennent à des événements sans s’y inscrire (invitées par d’autres, par exemple).

Il a été relevé que, lors de l’événement, il peut être clairement plus simple d’agir à deux (voire plus) pour interpeller la personne concernée.

Les incidents ne se limitent pas à de la drague pure, mais de simples compliments répétés peuvent être perçus comme harcelants.

Il a été relevé qu’à la suite des incidents, les personnes concernées doivent être averties et le comité et les organisateurs informés. Il a été relevé aussi que la multiplicité des plaintes (aussi légères soient-elles) constitue un indicateur fiable. Ceci s’opposant au fait qu’une seule personne se plaigne et que cela puisse être lié à son unique sensibilité, et pas constituer un indicateur suffisant.

Il a été convenu que les incidents survenus soient ponctuellement rapportés par le comité aux membres par un moyen de communication adéquat.

Il a été relevé que la charte est bien adaptée et prévoit la large majorité des cas. En revanche, c’est son application qui est très difficile. On constate que les personnes organisant des événements sont empreintes d’une bonne volonté et ont naturellement tendance à laisser les choses se faire et manquer de vigilance. Il a été relevé que les organisateur.trice.s qui font partie du comité de décision sont implicitement plus sensibilisés aux points de vigilance. Il est en revanche plus difficile de sensibiliser les autres organisteur.trice.s. Il a donc été décidé de faire des rencontres entre organisateurs et au moins deux membres du comité quelques fois par année.

Fabien Janvier 27 '20 · Commentaires : 2 · Tags : compte-rendu séance comité
Pages : « 1 2 3 »