Loading...

Groupe polyamoureuse féminin | Forum

Haematopus
Haematopus Août 10 '19
Lou :
"Tout le monde ici a le droit de créer ou d'integrer un espace d'expression safe où se sentir à l'aise, y compris des événements en mixité 
choisie, non?"

Soit, mais il faut alors ouvertement assumer faire de la discrimination, et concéder que ces raisonnements justifient au passage le racisme et la xénophobie (pardon, les "événements en ethnicité choisie"), etc. Pour ma part je ne cautionne pas, et je ne voyais pas la communauté polyamoureuse comme étant de ce tonneau, mais je me trompe peut-être.

J'arrête là, j'ai exprimé mon opinion assez clairement pour qui veut la lire et je ne compte pas monopoliser le fil :)
Ce message du forum a été modifié par Haematopus Août 10 '19
Xenomax Events
Xenomax Août 10 '19
Je lis ici différentes opinions et je me pose deux questions : pourquoi cela poserait-il un problème qu'un groupe de personnes d'identités féminines se regroupent pour discuter ? Est-ce que l'empêcher ou l'interdire serait une meilleure chose ?


J'ai le sentiment que le genre pose un problème mais je ne suis pas certain que ça devrait être le cas. Remplacez le groupe "Hommes" par "Les monogames" et le groupe "Femmes" par "Les Polyamoureux". Personne ne crie au scandale que l'on souhaite se réunir seulement entre nous. Ou alors il nous faudrait à chaque fois créer des réunions publiques avec des invitations ouvertes et arrêter les groupes privés ?


Pour ce sujet, il me semble juste que c'est un groupe souhaitant conjuguer deux "traits" d'identité. Un des deux est le polyamour, cela a donc tout à fait sa place ici je pense.



Dans un deuxième temps de mon raisonnement : s'il y a des personnes qui se sentent mal lors des réunions, il est important d'en parler aux organisateurs et de trouver des solutions pour que tout le monde se sente bien. Que le problème soit la mixité de genre, de religion, de couleur de peau, etc... Créer un groupe restreint ne veut pas dire qu'on encourage le sexisme, le racisme, l'homophobie ou quoi que ce soit.


Je reçois régulièrement des messages de personnes (sur Facebook mais ici aussi) qui souhaitent participer à des réunions poly mais qui ne se sentent pas encore de franchir le pas de se retrouver dans un Poly Découverte ou Café-Poly. Du coup je propose des rendez-vous à deux ou trois personnes pour justement pouvoir expliquer en douceur les choses. Est-ce qu'en faisant ça je deviens pour autant un raciste ou un sexiste ou autre chose comme ça ? Je n'en suis pas sûr.

Ce message du forum a été modifié par Xenomax Août 10 '19
gugus
gugus Août 10 '19
Bon alors moi non plus je ne comprends pas qu'on parle de polémique.


Je rappelle le post d'origine :
Citation de Flo Bonjour à toutes,


(...)


Aussi, je propose de se réunir entre femmes pour en parler, pour se faire du bien dans nos freins et résistances et, surtout, surtout partager nos joies et les faire grandir ensemble.

(...)


Qu'en pensez-vous ? 

Merci pour vos commentaires et idées pour progresser. 

Polyamoureusement vôtre,

Je résume donc "je propose un groupe non mixte, qu'en pensez vous, avez vous des idées"


Donc non la "question" n'était pas l'utilité ou non de ce groupe. Comme l'a dit Béatrice, le groupe est utile dès lors que quelqu'un a envie qu'il se crée.


J'ai simplement répondu à la question en fournissant mon point de vue et en proposant une idée pour essayer d'améliorer, à mes yeux, la proposition tout en obtenant les résultats escomptés. Je crois donc avoir précisément répondu au message.


Résultat on me dit qu'en tant qu'être humain qui est né avec un pénis, en fait je n'étais pas invité à donner mon avis, on prétend que j'ai dit que ce groupe serait inutile alors que j'ai précisé à chaque message que je ne m'y opposais pas, puis bien entendu pas une seule réponse à ma proposition de modification.


Je comprends que certains soient noyés dans cette histoire de genre, mais à trop vouloir survivre dedans, je pense que ça empêche la prise de hauteur et de s'en sortir. 


Donc pour répondre à quelques derniers points :

 - Jere : oui on peut vivre en mettant de coté les questions de genre, à titre individuel, et ce sans attendre que le reste du monde le fasse.

 - Lou : oui il est intéressant de donner son avis sur quelque chose qui ne nous concerne a priori pas, bien heureusement. C'est même souhaitable d'avoir des avis extérieurs (et donc plus neutres) quand on cherche les meilleures solutions.

 - Lou et Jere : je ne discutais pas de l'utilité mais de l'impact des raisonnements sous-jacents, qui peuvent être renforcés quand on les met à la base des conditions d'acceptation dans un groupe

 - Xenomax : oui je serais très choqué qu'on exclue les monogames des séances polyamour de toutes sortes. D'ailleurs, en tout à cas à Lausanne, il y a plein de monogames avec ou sans amants qui viennent ne serait-ce que pour trouver un climat d'ouverture, et rien que ça ça fait du bien au monde je crois. Une fois dans un groupe il y a une personne qui a dit à la fin "merci à tous grâce à vous j'ai compris que le polyamour n'était pas pour moi". Quel est le problème ? Pour moi on a fait du bien à un être humain. Ca s'arrête là. 


Dernier message également en ce qui me concerne sur ce sujet.


Et je le répète une dernière fois : je n'ai rien contre ce groupe, je ne faisais que participer à une réflexion, croyant y avoir été invité. Désolé si certaines personnes ne se sont pas senti à l'aise à cause de ça.


Très bon week-end à tous

Ce message du forum a été modifié par gugus Août 10 '19
Lou Events
Lou Août 10 '19
 
Pour Haematopus:

Non, pas du tout. 
Il s'agit bien au contraire d'inclure des personnes qui sont systématiquement opprimées et dominées, d'une manière ou d'une autre, à des degrés différents. Oui, même en Suisse en 2019. Oui, ça arrive même entre polyamoureux.ses, faut pas rêver.
Je ne te connais pas, mais des fois malheureusement nos privilèges et notre propre vécu nous empêchent d'être conscient.e.s par rapport à la réalité et aux besoins de l'Autre.

Nous avons assez de choix au niveau des événements poly en Suisse Romande pour ne pas avoir besoin de râler quand UN événement n'est pas ouvert à tout le monde, il me semble.

Ce message du forum a été modifié par Lou Août 10 '19
Lou Events
Lou Août 10 '19

Pour gugus:

Je n'ai pas dit ça, tout le monde à le droit d'exprimer son opinion, mais j'ai eu l'impression que des personnes (non concernées) jugent cette démarche inutile voir contreproductive, et j'avoue que je suis perplexe.


Fabien Comité
Fabien Août 11 '19

@Gugus : "Dommage d'introduire une discrimination de genre qui n'a pas grand-chose à voir avec le sujet".
Et @Haematopus : "mais il faut alors ouvertement assumer faire de la discrimination, et concéder que ces raisonnements justifient au passage le racisme et la xénophobie (pardon, les "événements en ethnicité choisie"), etc."

La question n'est-elle pas plutôt de savoir si on peut soutenir des réunions qui tiennent compte d'une discrimination déjà établie et qui permettraient à plus de personnes d'accéder au sujet du poly ? La question, ainsi posée, ne vous paraît-elle pas plus inclusive ?

@Xenomax : "(qui ne se sentent pas encore de franchir le pas de se retrouver dans un Poly Découverte ou Café-Poly".


Je pense que tu voulais dire "groupe de parole ou Café-Poly". Pour rappel, les réunions "poly découverte" sont justement réservées aux personnes qui n'ont encore pas participé à des cafés-polys ou des groupes de parole. Et l'objectif est justement de répondre aux questions des intéressé.e.s vis-à-vis du poly (de manière très générale) et surtout pour expliquer comment se déroulent les cafés-polys et groupes de parole.

@Haematopus : " La logique est la suivante : (1) j'ai vécu la lourdeur/du harcèlement/des agressions/l'horreur par quelqu'un de tel genre/sexe/telle nationalité/couleur de peau/religion. (2) je préfère en parler avec des gens n'ayant pas l'une ou l'autre de ces caractéristiques. Cela disqualifie injustement certaines personnes, mais je ne veux pas m'embêter à faire ça autrement qu'à la louche."


N'est-ce pas le principe même de la stigmatisation et de ses conséquences ? ... "Chien échaudé craint l'eau froide"
Ne peut-on pas accepter cela (et essayer de comprendre), même si l'on se sent amalgamé ? Et crois-moi, je me sens concerné !

Fabien Comité
Fabien Août 11 '19
Je m'interroge sur le fait qu'aucune personne qui s'offusque ici de l'initiative de Flo n'ait encore proposé un groupe de parole (mixte) sur cette thématique. J'avais écrit, dans ma première réponse, qu'une telle réunion pourrait donner lieuà un groupe de parole, mixte, sur ce qu'apporte ce type de réunion.

Il me semble que les réunions de minorités sont courantes dans notre société. Victimes de maltraitances, de maladies, de deuils, etc., les différentes  personnes gagnent à se réunir pour partager ce qu'elles vivent. Généralement (je pense), les personnes qui fréquentent de telles réunions doivent affronter certaines peurs ou d'autres émotions, la honte notamment. Je pense que beaucoup de ces personnes ne fréquenteraient pas ces réunions si elles n'offraient pas certaines protections, comme l'anonymat, pour ne donner qu'un exemple.
Alors oui, on est bien d'accord, le fait d'être poly (ou de s'y intéresser) n'est peut-être pas très semblable à une situation de victime des causes citées précédemment (en passant, la possibilité d'anonymat proposée sur ce site a été souvent relevée positivement et est surtout utilisée par beaucoup de personnes). Par contre, si on pense au cas de femmes qui auraient été stigmatisées par des hommes, ou même par un seul (ce qui peut avoir duré plusieurs années), il me semble que cela est émotionnellement assimilable à ces situations.

Pour ma part, je pense que l'on accepte plus difficilement ce que l'on ne comprend pas. Alors oui, personne n'a ouvertement dit ici ne pas accepter cette réunion poly féminine, mais on sent bien que, idéologiquement parlant, ça en dérange certain.e.s.
Peut-être faut-il commencer par accepter (consciemment) sans comprendre et peut-être que le retour d'expérience permettra d'entendre, de comprendre. Donc aussi d'évoluer. Et je parle aussi pour moi.

Fabien Comité
Fabien Août 11 '19
Ne serait-il pas intéressant que des femmes qui trouvent cette approche non inclusive puissent participer à cette réunion pour apporter un autre regard, non stigmatisé ? (moi aussi j'aimerais qu'on puisse mettre des smileys ici)
Fabien Comité
Fabien Août 11 '19
Je comprends bien l'approche mind map, mais là, c'est presque un schéma logique avec des conditions si... sinon... Il y a peut-être autant de polyamours (de manières de vivre le polyamour) qu'il y a de personnes. Peut-être que certaines manières côtoient ou se superposent avec l'échangisme et peu importe. Mettre des personnes ou des situations dans des cases selon des critères, ne me semble pas très en accord avec l'ouverture nécessaire à la liberté d'être et de penser.
Fabien Comité
Fabien Août 11 '19

Oui j'ai pensé aussi que c'était dans ce but, mais la question "les personnes échangistes sont-elles polyamoureuses ?" et la réponse "je crois que non" peuvent laisser comprendre quelque chose de très catégorique alors qu'il y a beaucoup de personnes en phase de découverte et de questionnement.


Il me semble dès lors important d'être soigneux dans la manière d'écrire et de ne pas sous-estimer l'impact ds mots.

Fabien Comité
Fabien Août 11 '19
Ce sont les phrases du mind map qui me semblaient catégoriques et non tes propos.
Flo Events
Flo Août 13 '19
Me voilà de retour après qq jours de pause estivale et je me réjouis du nombre de contributions à ce sujet.

Que de réactions ! Que de polyamoureux à travers la Suisse Romande ! C'est chouette.

Je pense que nous avons, en effet, progresser et c'est joyeux dans l'ensemble. Je perçois, malgré tout, quelques déceptions ou peut-être même énervements quant à mon initiative ce qui me ramène à d'autres questionnements, plus personnels, que je décrirais pas ici. Questionnements sur le genre, sur le patriarcat, le féministe et j'en passe. Nous pourrions sans doute en discuter une nuit entière mais il me semble que nos nuits ont mieux à faire ;-)


Ce qui me réjouit également est de découvrir que cette idée génère déjà des inscriptions (nous sommes 8 à ce jour) et je me dis que nous aurons des choses à nous dire étant donné le nombre de commentaires déjà présents sur ce forum. 

Pourtant, j'ai besoin de clarifier un point important, en tant qu'initiatrice et animatrice de ce futur groupe sur le compte rendu demandé par certains.nes. Selon mon point de vue, j'aurai envie de respecter la confidentialité des propos émis lors de cette soirée. Par conséquent, je pourrai vous rapporter le nombre de présences ainsi qu'un indice de satisfaction global ce qui permettra de décider d'une suite éventuelle. Finalement, le groupe décidera également ce qu'il a envie de rapporter ici en fonction de ce qui a été discuté ensemble. 

Encore merci pour vos réactions et je me réjouis de parler de tout cela lors des prochains événements (plutôt sur Genève, pour moi) ou en MP.

Belle journée à toutes

 (mon féminin ici est, je conçois, un peu provocateur mais je n'exclus personne dans cette féminisation-là)

Fabien Comité
Fabien Août 13 '19

Pour moi, l'idée du compte-rendu (qui n'est pas pas mienne à la base), c'est de connaître le nombre de participantes pour se rendre compte du niveau de la demande et des ressentis exprimés pour comprendre la nécessité de ce type de réunion "restreinte". Il me semble évident que la confidentialité des propos est de rigueur. C'est-à-dire qu'on ne va pas préciser qui était là, ni qui a dit quoi.


Ce qui me semble intéressant de rapporter c'est que ce qui fait que des personnes se sentent à l'aise en cercle restreint et pas à l'aise avec "tous", pour permettre à "tous" de comprendre quels sont ces freins. Et je crois que l'idée d'un groupe de parole dont ces freins constitueraient la thématique devrait intéresser beaucoup de monde, en particulier les personnes qui on réagi sur le sujet.

Xenomax Events
Xenomax Août 13 '19
Fabien exprime exactement l'idée que j'avais d'un compte-rendu : une idée de l'ambiance générale, est-ce que les personnes présentes ont apprécié (ou non), etc...
Flo Events
Flo Août 14 '19
Merci Messieurs, je vois que nous sommes sur la même longueur d'ondes (pouce en l'air !)
Davidou78
Davidou78 Août 24 '19

Bravo pour cette initiative, que je vois comme une possibilité d'échanger dans l'authenticité et la sécurité.


Plutôt que de penser qu'un tel cadre est symptôme voire générateur de division, j'encourage cette chance, cette occasion de plus, de mieux prendre soin des conséquences de l'état du monde, de nos zones de confort en ce qu'elles sont, même refoulé, un reflet de la société.

Flo Events
Flo Octobre 5 '19

Compte-rendu du café poly féminin 



8 femmes présentes dont une poly-curieuse

Cantons présents: Genève, Vaud, Jura (je crois…)


Nous avons commencé le groupe par une description de nos vies affectives passées-présentes-futures. Nous avons pu nous connectées à des idées communes et comprendre que nos passés étaient plutôt négatifs et nos futurs plein d’espoir et de constructions positives.


Dans l’ensemble, nous étions d’accord sur le fait que le polyamour nous a ouvert l’esprit et nous en sommes ravies. Certes, il y a des difficultés inhérentes à ce choix de vie affective mais nous ressentons de la liberté retrouvée grâce à la non-exclusivité.


Ensuite, nous avons parlé du coming-out, dis autrement, est-ce qu’on en parle autour de nous ou pas. Certaines communiquent largement tandis que d’autres choisissent leur interlocuteur en fonction, principalement, du degré d’intimité et de la confiance envers cette personne. 


Par ailleurs, nous avons également discuté sur la problématique que l’un.e de nos partenaires a une relation avec quelqu’un que nous n’apprécions pas ou l’inverse un.e partenaire ne nous aime pas ou nous considère comme une rivale uniquement. Grosso modo, nous nous sommes dit que nous ne pouvions pas plaire à tout le monde et qu’en parler à son partenaire est une bonne chose. Nous repartons avec l’idée de demander à notre partenaire les raisons de son amour pour le troisième ce qui permet de se relier à l’amour, l’acceptation ou la confiance.


Sans surprise, nous avons échangé sur le slut-shaming (définition sur wikipédia) qui peut être un jugement venant des autres ou de soi-même. En résumé, un homme qui a plusieurs femmes est un Don Juan, tandis qu’une femme, qui a plusieurs hommes, est une salope, voire même une prostituée. Nous avons échangé nos points de vue et comment nous dépassons cela.  Nous considérons que c’est un long processus parsemé d’embauches et de joies à divers niveaux de conscience de chacun.


En effet, l’image de la femme reste ou doit rester (merci Hollywood et Disney) celle de l’épouse monogame ou la maman parfaite à la maison. En effet, depuis des siècles, la femme doit rester dans le rang au risque d’être brûlée, tondue, bannie ou punie sévèrement (cf: les sorcières, les femmes tondues de la seconde guerre, les manuels de savoir-vivre, etc.). 


Finalement, nous avons conclu que nous souhaitons perdurer un tel groupe à savoir entre femmes car l’écoute, les mots, les points de vues sont semblables et l’ambiance est différente. Nous sommes convaincus que tous types de groupe peuvent co-exister dès lors, nous avons pris la décision de se voir une fois par trimestre , à Lausanne. Prochaine date en novembre dans un lieu proche de la gare.


Fémininement vôtre. Flo

Angie Comité
Angie Octobre 5 '19
Merci pour ton compte rendu Flo, c’est très bien résumé
Fabien Comité
Fabien Octobre 5 '19
Merci Flo de ce compte-rendu ! Je pense que c'est bien de renouveler ces événements s'il y en a le besoin. Je rappelle l'idée émise de faire un groupe de parole mixte sur cette thématique, dans le but de faire évoluer les choses. J'ai bien compris que l’écoute, les mots, les points de vues entre ces femmes qui se sont réunies étaient favorables à cet échange, mais qu'en est-il des raisons qui font que les participantes ne se sentent pas à l'aise dans un environnement mixte ?

Pages : « 1 2